jeudi 11 mai 2017

Humeur : j'arrête de lire des livres auxquels je n'accroche pas

Premier billet humeur, je partage avec vous une anecdote sur moi et ma difficulté à abandonner une lecture ou à arrêter une série au milieu de la saison 2 ! J'espère qu'à la suite de cet article vous me direz que je ne suis pas la seule, que vous aussi vous n'arrivez pas à arrêter un livre en pleine lecture, même si vous n'accrochez pas. Car oui, quand je commence un livre, c'est plus fort que moi je dois le terminer même quand je lis 10 pages en vingt minutes (oui c'est peu) et même quand j'en suis au point où je ne comprends même pas ce que je lis. Aujourd'hui, j'ai compris que c'était complètement ridicule.

Je ne sais pas vraiment pourquoi je suis comme ça, pourquoi est-ce que je m'obstine à vouloir terminer même quand cela ne me convient pas ? Je vous parle de livres aujourd'hui parce que j'ai eu un vrai déclic à la lecture d' « Une constellation de phénomènes vitaux » d'Anthony Marra qui ne branche absolument pas mais j'ai le même problème pour les séries - les films un peu moins. 



Pourquoi ils aiment et pas moi ?


Je choisis beaucoup mes lectures, séries tv et films suite aux avis et aux critiques qu'ils ont pu recevoir. Évidemment, après avoir un peu choisi le genre, je m'intéresse aux ouvrages les mieux notés. C'est comme ça que j'ai emprunté ce roman d'Anthony Marra à la bibliothèque. 4,5/5 sur Amazon, 4/5 sur GoodReads et une couverture avec un joli macaron « Grand prix des lectrices Elle Magazine » ça donne plutôt envie non ? C'est l'histoire d'Haava, une petite Tchétchène de 8 ans qui voit son père se faire enlever par les soldats russes et sa maison partir en fumé. Akhmed, voisin et ami de la famille prend sous son aile la petite Haava. Il se mettent à l'abri dans un hôpital abandonné où ils rencontrent Sonja une chirurgienne russe qui a quitté son pays. Sur la quatrième de couverture on lit : « Au cours de 5 jours extraordinaires, le monde de Sonja, Akhmed et de Haava bascule ». Il n'y a pas grand chose de dévoilé mais à la lecture du résumé j'étais tenté. C'est un roman dramatique, un peu historique et moralisateur qui parle de la guerre, il va être touchant et j'aime ce genre de lecture. Dans le même esprit, j'ai lu le roman de Sue Monk Kidd « L'invention des ailes » qui romance l'esclavage domestique dans les années 1800. J'avais beaucoup aimé ce roman je me suis donc lancée sur celui d'Anthony Marra en pensant vivre une lecture similaire. Malheureusement, pas du tout. Longueurs sur longueurs, pas d'actions, pas vraiment d'histoire. Pour moi, une suite d'anecdotes entre les personnages avec flashbacks et retours dans le présent à tous les chapitres. A l'heure où je vous écris j'en suis à la page 268/547 et pour une fois, j'ai décidé d'arrêter définitivement cette lecture.


Pourquoi continuer alors que je n'aime pas ?


Pour faire comme les autres ? Pour ajouter à ma check list lectures ce roman qui semble si populaire ? Un peu. Et puis parce qu'après tout, ne faut-il pas toujours terminer ce que l'on a commencé ? Ca a toujours été ma façon de voir les choses et je pense que c'est un bon mantra. Cela prouve une certaine motivation, détermination et persévérance dans les choses que l'on entreprend et c'est important. Mais je me rendu compte que j'étais beaucoup trop excessive de pousser cela même à la lecture d'un livre qui ne m'enchantait pas. Je ne prends pas plaisir à lire ce livre, à quoi bon continuer ? Je suis loin d'y jouer ma vie et au contraire je perds même mon temps car j'ai beaucoup de livres qui m'attendent. Pourtant je vous jure que je n'accroche pas depuis le début et ce n'est seulement qu'aujourd'hui que je me suis décidée à vraiment arrêter. Et si je passais à côté de quelque chose ? Et si finalement le livre commençait doucement et se réveillait dans les 300 dernières pages ? Il n'y a vraiment que moi qui ai autant de mal à arrêter une lecture ? C'est comme si je me sentais coupable de ne pas aimer un livre que tout le monde aime, qu'il fallait que j'aille au bout pour être sûre de ne pas me tromper.


Les séries c'est pareil


C'est même peut-être pire. Arrêter totalement une lecture ne m'était encore jamais arrivé. Pour les séries en revanche je crois que c'est impossible... Ca doit être le syndrome de la to do list non coché. Je suis accro à l'application TV Show Time sur mon téléphone. Cette application permet d'organiser son suivi de série en cochant les épisodes vus et non vus. C'est totalement psychologique mais c'est devenu comme un jeu d'aller cocher mes cases ! Et j'ai un petit sentiment de satisfaction quand je peux lire 22/22. 

J'ai commencé à regarder Game of Thrones parce que c'était « trop bien »« totalement inédit » et encore « trop trop bien ». Pourtant si on me demande à moi ? c'est un peu barbare quand même, tous les personnages disparaissent un à un, pas intéressant... et ça manque sérieusement de romances mielleuses ! Certes en regardant une bande annonce j'aurais pu tout de suite m'en rendre compte mais trop curieuse par l'engouement de cette série j'ai regardé. Maintenant je suis obligé d'aller au bout, ça me semble ridicule de ne pas continuer et de ne pas connaître la fin. C'était la même chose pour The Originals, Ravenswood, j'ai eu de gros doutes sur Once Upon a Time et puis j'ai persévéré, j'accroche sur la moitié des épisodes de Sense8, mais je suis une grande curieuse alors je vais jusqu'au bout ! 

Investie ? Perfectionniste ou têtue ? Un peu de chaque je crois mais aujourd'hui est une première J'AI ARRÊTÉ UN LIVRE, ça peut arriver après tout ? Et vous, vous êtes comme moi ?
À bientôt, Marion
■ ■ ■ 
Share:

1 commentaire

  1. Super intéressante la théorie du "syndrome de la to do list", que je partage à 14589%.
    Ce côté "je n'aime pas" et "je m'ennuie" mais "je veux savoir ce qu'il se passe après" quitte à avoir perdu son temps en fin de compte.

    Super bonne initiative en tout cas (et qui peut être assez bon comme maxime de vie aussi et applicable à pleins de domaines) !

    RépondreSupprimer

Blog Design Created by pipdig